Home » Non classé » Verrazzano Open vs Coupe Davis, Mouratoglou vs Noah

Verrazzano Open vs Coupe Davis, Mouratoglou vs Noah

780 vu

Hier on jouait pour du beurre à Rouen , et pour le titre  au Challenger ATP  Verrazzano Open.

Hasard ou coincidence, la Grande Bretagne était représentée par Aljaz Bedene, vainqueur de Benoît Paire ( malade ) en deux sets .

Une belle fête sur la côte d ‘azur pour cette première édition du Challenger Verrazzano Open, sur les superbes installations de Patrick Mouratoglou à Sophia Antipolis.

C ‘est vrai que la France rencontrait la Grande Bretagne en quart de finale de coupe Davis.Bref on ne savait plus ou donner de la tête en ce weekend d ‘amitié Franco Britannique…

Sauf qu’on avait une vague impression que le gratin du tennis avait clairement fait son choix, et que les charmes de la Normandie avaient du mal à concurrencer les rivages radieux de la méditérranée.

Que faisait Andy Murray, le numéro un mondial au Verrazzano, vraiment on est surpris, on le pensait couché , avec 40 de fièvre et un bras en charpie. Le gredin même pas un petit coucou à son frère et ses potes Edmund/ Evans tombés au champs d ‘honneur.

C ‘est Aljaz Bedene qui tenait la vedette ,se voir remettre le trophée de la victoire des mains mêmes de son compatriote Andy Murray , numéro un mondial, le jour de la défaite de son pays contre la France.

Bon il est vrai que Murray dessine ses blessures sur le sable de la plage,  que les marées d ‘amplitude de la manche ont plu vite fait d ‘effacer que celles bien plus tranquilles de la côte d ‘azur, ou se tiendra bientôt le Masters 1000 de Monté-Carlo.

Et puis Benoît Paire n ‘était pas retenu en sélection , son classement pourtant aurait dû le qualifier automatiquement, mais les subtiles choix de Captain Noah , certes payants ce weekend , ne cessent de nous surprendre, surtout quand il prend ses airs détachés. C ‘est cool quoi…

On l ‘aura compris, et on en est de plus en plus convaincus, le patron du tennis français , est plutôt beau gosse, il porte des costards ceintrés , et arbore une petite barbe si gentiment négligée qu ‘elle en devient un signe de distinction.

Qu’on le dise, Mouratoglou aura fait de l ‘ombre à Noah, il l ‘aura quasiment mis sur la touche.

Comment un pauvre Challenger d ‘ordinaire relégué aux rubriques anonymes a t-il pu à ce point faire de l ‘ombre au très retentissant match de Coupe Davis opposant la France à La Grande Bretagne.?

On a quasiment la réponse en lisant les déclarations fracassantes de Noah dixit  »

« Djokovic ou non, j’en ai rien à foutre »

Mais quoi, est ce à dire que Djokovic déterminera sa participation à la demie finale en fonction de ses impératifs de circuit , ou en fonction de son amour inconditionnel pour son pays.

En tout cas , Captain Noah , nous donne cette étrange sensation du devoir accompli, et que ce qui comptait le plus était de passer l ‘été plus que d ‘aller chercher la victoire au bout.

La culture de la gagne si durement décrite par le président Giudicelli, souffre encore trop de compromissions et de petits intérêts mal maîtrisés. Tsonga ne veut pas jouer, qu’on le dise et basta.

En tout cas ce trophée qui ne ressemble plus à rien , éloigne encore plus la France d ‘une victoire significative en grand chelem.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *