Home » Non classé » La France passe la Grande-Bretagne, pas de quoi fouetter un chat…

La France passe la Grande-Bretagne, pas de quoi fouetter un chat…

631 vu

Ouf , la France a gagné son quart de finale de Coupe face à la Grande Bretagne. La paire Mahut/Benneteau a ramené le 3 ème point en s ‘imposant en 4 sets accrochés.

Après le Japon sans Nishikori, c ‘est au tour du Royaume Uni sans Andy Murray de passer à la casserole.

Du travail  d’orfèvre, oups, du bon boulot quoi; Pas de quoi casser trois pattes à un canard.

La Coupe Davis à cette magie de nous procurer chaque année du rêve avec souvent des bouts de chandelles et quelques morceaux de raffia pour nous emballer le cadeau que l ‘on espère tant.

Avec l ‘opposition du bout du monde entre les Etats Unis et l ‘Australie, et une Serbie dirigée par Maître Djoko trop impatient de s ‘en retourner aux affaires, on aurait presque pensé que ce weekend de Coupe était vraiment le Time Off du tennis mondial.

Entre une Espagne affublée d ‘Un Carreno Busta et Ramos Vinolas, et d ‘une Italie privée de Fognini, on se console avec une Belgique animée par un David Goffin des plus anonymes cette année.

Les joueurs en forme du circuit, Nadal en tête ont d ‘autres chats à fouetter que de s ‘entêter à jouer des matchs que plus personne ne regarde.

La réalité est dure à dire mais elle doit être acceptée, et ce n ‘est pas la doctrine Giudicelli qui y changera quelque chose, surtout en france.

La Culture de la Gagne , c ‘est sur le circuit qu’il faudra l ‘appliquer , » et l’ accord  secret entre Tsonga et Noah  » ne fera que nous conforter dans le caractère accessoire de cette compétition largement démodée ;

Comme dans un film de Jean Yann, ou

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil

Ce brave Yannick pourra nous faire la chanson , et le président Giudicelli oublier ses promesses de campagne. La France s ‘en sort en oubliant l ‘énorme arbre qui cache cette subtile forêt de compromis.

Le retrait de Monfils du tableau de Monté-carlo a le mérite de justifier une blessure annoncée, mais en réalité le malaise est bien profond . Car Si Djoko décidait de jouer en demie finale contre la France, on aurait juste reculé l ‘échéance du désarroi . 

Profitons donc bien de cette victoire en chocolat, pour entretenir le mythe de la victoire à la française.

La Grande Bretagne alignait une équipe en carton avec une motivation de poisson rouge . La France a Rouen c ‘est vraiment pas celle de Guillaume Le Conquérant à la Bataille d ‘Hastings.

On dira juste que les joueurs français ont fait le boulot. Trois points le deuxième jour c’est un sans faute;

Se retrouver dans le dernier carré du groupe mondial, loin d ‘être une performance , illustre à merveille la conséquence d ‘événements non maîtrisés. Murray sur un pied et avec un bras , s ‘il souhaitait jouer, aurait corrompu on l ‘imagine le dénouement final de cette rencontre encore chanceuse.

Bravo Yannick, bravo Bernard , franchement on en redemande pas, et on préfère vraiment passer au vrai tennis, celui qui ne se cherche pas d ‘excuses ni de compromissions

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *