Home » Non classé » Interview Exclusive et Complète de Bernard Giudicelli , Président de la FFT : confidences et éclairage …

Interview Exclusive et Complète de Bernard Giudicelli , Président de la FFT : confidences et éclairage …

290 vu

Entretien accordé par M.Bernard Giudicelli, Président de la FFT, le 4 mars 2017

Dans une première partie nous avons voulu aborder les visions d ‘avenir et les évolutions de la FFT.

Puis , dans la continuité, nous avons évoqué l’esprit du tennis, du jeu, l’aide apportée par la fédération aux joueurs français, champions et jeunes en devenir.

Enfin, les aspects plus spécifiques des deux grands tournois organisés par la FFT, Roland Garros et Bercy ont été précisés.

Première Partie ; La FFT, Réformes et Perspectives

Question : Concernant le mode de scrutin c’est bien sûr la pierre angulaire de notre système démocratique et l’outil indispensable pour forger votre légitimité , ce mode de scrutin a été décrié durant la campagne, pensez vous qu’il y a lieu de le réformer ?

Réponse : Non parce que ce qui fait tourner le tennis au quotidien, ce sont les dirigeants de clubs et ce qui fait tourner le tennis au quotidien, c’est leur capacité à s’organiser sur les territoires, donc aujourd’hui les fédérations fonctionnent en territoires, ces territoires on les appelle des ligues ou des comités départementaux et il est normal que les clubs désignent leurs représentants pour ce qui est de l’assemblée générale.

Le système électoral qui consisterait à faire élire le Président ou le Comité Exécutif directement par les clubs résulterait ou en tout cas se traduirait, par un système politique tel qu’on le connait aujourd’hui où la communication, ou pourquoi pas demain les réseaux sociaux, prendraient le pas sur la réalité des liens qui nous unissent et aujourd’hui le système électoral c’est avant tout le système qui relie la fédération à ses clubs.

Le système électoral a surtout changé avec la nouvelle gouvernance qui prévoit que la liste qui arrive en tête, emporte le président , le comité exécutif , et le projet sportif en même temps.

Ça permet de débarrasser la Fédération de tous les enjeux, de toutes les rivalités politiques qui l’ont faite souffrir pendant toutes ces années, avoir à la tête de l’exécutif une opposition s’est s’assurer que demain les choix qui seront faits ne seront que des choix de compromission.

Aujourd’hui, la fédération, elle a besoin de faire une révolution culturelle, je l’ai dit souvent dans la campagne , de remettre l’église au milieu du village et donc de retourner à la source, à la source du jeu que sont les clubs mais aussi à la source de la motivation dans notre compétition qui est la gagne, je pense qu’on y reviendra quant on parlera de l’attribution des Wild Card.

Question : 

On va aborder un deuxième sujet , celui qui a fâché , qui a fait parler, qui a fait jaser : les problèmes de la FFT avec la justice.

Précisément, la fameuse ordonnance qui a nommé un mandataire ad hoc pour représenter les intérêts de la FFT. À cette occasion, un journaliste de Médiapart, Laurent MAUDUIT, a dirigé des attaques assez sévères contre la FFT et à votre encontre, comment expliquez la fixation de cette personne sur la FFT et sur le nouveau président de la Fédération Française de Tennis que vous représentez ?

Réponse : Ecoutez, moi je m’en tiendrai à une attitude très simple c’est qu’il y a dans notre pays des libertés et la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres. Donc moi en tant que président, désormais je ferai valoir mes droits et notamment nous avons demandé la rétractation de cette ordonnance.

Je considère que tout ce qui a été orchestré pendant tous ces mois n’avait qu’une visée, c’était la déstabilisation de la fédération, et j’en veux que pour preuve, le texte qui est dans le préambule du fameux rapport qui je vous le rappelle ne nous a jamais été communiqué, donc pour l’instant ce n’est qu’un rapport d’étape et il y avait bien dans le préambule de ce rapport des inspecteurs la phrase suivante que je vais vous lire « les investigations menées à ce stade n’ont pas permis de corroborer toutes les affirmations contenues dans la note anonyme dont la visée déstabilisatrice semble au demeurant assez claire. Certains éléments apparaissent comme une présentation orientée de fait, sur-interprétée ou déformée, certaines affirmations sont probablement sujettes à caution et d’autres allégations sont impossibles à vérifier dans le cadre de la présente mission ».

Donc nous avons et moi j’ai déposé en février 2016 une plainte auprès du Procureur de la République pour dénonciation calomnieuse et propagation de propos mensongers, cette plainte maintenant va prospérer et nous allons précisément rechercher qui sont les auteurs de toutes ces calomnies qui ont été versées et nous allons demander à la justice de se prononcer sur ces actions qui ont été conduites.

Je n’ai pas d’autre commentaires.

Question : par extension comment comptez vous assurer une meilleure transparence au sein des instances dirigeantes de la FFT puisque c’est un sujet qui a été récurent pendant la campagne

Réponse : la transparence va se faire à 4 niveaux

1er niveau : au sein du Comité Exécutif il y aura des cessions qui se dérouleront sans le président, de façon à ce que les membres du comité exécutif puissent donner leur avis sur son action en matière de gouvernance.

Il y aura à peu près trois ou quatre réunions par an ce qu’on pourra appeler des décisions super exécutives et qui auront valeur décisionnaire.

Donc ça veut dire  que je me place volontairement sous l’évaluation des membres du comité exécutif.

2ème niveau de transparence c’est donc le Conseil Supérieur du Tennis qui lui a pour mission de surveiller, contrôler et d’évaluer la politique du comité exécutif.

Question : juste une question Monsieur le Président pour nos lecteurs : le conseil supérieur du tennis il existe déjà ?

Réponse : oui, si vous voulez bien je vous faire cadeau du premier numéro de TENNIS INFO qui suit notre élection et récapitule précisément la composition du CST.

Il a été élu en même temps , puisque je le rappelle l’élection a permis de nommer le comité exécutif avec les 18 membres qui sont issus de la liste France Tennis et puis les 32 membres qui sont élus des deux listes donc la liste France Tennis qui aura 24 élus et la liste Passion Tennis qui en aura 8, ce qui veut dire que la liste opposante sera représentée et pourra contrôler ou en tout les cas pourra donner son avis sur l’activité du comité exécuté, donc ça c’est le deuxième niveau.

Le troisième niveau c’est donc la création de la Haute Autorité du Tennis qui va se mettre en œuvre en application de la loi sur l’éthique dans le sport, donc cette haute autorité sera composée de 9 personnes qui seront élues directement par l’assemblée générale que nous avons programmée au 13 mai prochain.

Ces 9 personnes seront bien entendu issues du monde professionnel du tennis, il faut qu’ils soient licenciés?

Donc Monsieur X pourra être membre ? N’importe quel licencié peut se présenter, après il faudra justifier d’un CV avec les compétences qui justifient sa candidature mais il y aura appel à candidature à cette haute autorité du tennis.

Le quatrième élément de transparence, ce sont les États Généraux.

Nous organiserons deux fois par an des États Généraux. Cette année on va les organiser en deux temps de façon presque urgente, fin mars début avril exactement le 31 mars et 1er avril il y aura les États Généraux des clubs, donc ce sont à peu près 100 clubs et une cinquantaine de BE qui seront présents, au total les États Généraux réuniront 300 personnes donc à la fois les présidents des ligues et les comités départementaux et puis des présidents de clubs qui auront été choisis par les dirigeants. Une partie par moi, des dirigeants que j’ai rencontrés pendant la compagne, qui ont nourri et qui ont inspiré notre projet et donc ces États Généraux permettront une réunion tous les ans, permettront de garder ce lien avec le terrain et surtout de rendre compte des actions qui auront été engagées en fonction des remontées qui auront été enregistrées.

Question  : cela faisait l’objet de la question suivante, donc on va la zapper, concernant juste hâtivement  ces États Généraux, je voulais rapidement connaitre les modalités et les objectifs , je crois qu’on les a eus.

Réponse : Bien les modalités, il y aura 16 ateliers , donc je vous les donne,

comment alléger les contraintes administratives des clubs, comment valoriser les rôles des enseignants, comment exploiter les nouvelles licences, comment développer la communication des clubs, comment simplifier et gérer la composition par équipe, comment optimiser les relations avec les collectivités, comment organiser le club ados et le parcours vers le haut niveau, comment intégrer de nouvelles pratiques, comment le paiement en ligne apporte t’il une plus-value au club, la transformation digitale, le nouveau mode de communication, le tennis santé, le club durable et solidaire, la reconnaissance des bénévoles l’équipement des clubs et enfin les nouvelles ressources financières et les modalités économiques des clubs.

Question : c’est chargé.

Réponse : 16 ateliers qui seront à peu près avec une vingtaine de personnes par atelier à chaque fois de façon à ce que la parole puisse s’exprimer.

Question : Ça se passera à Roland Garros ?

Réponse : non Roland Garros est en travaux, ça se passera à Bercy, au Pullman de Bercy.

Question : ce qui fait beaucoup quand même ?

Réponse : c’est plus que de la volonté de transparence , c’est de la volonté de partage , quand on est bénévole on fait partager, donc on partage.

Question . le partage d’accord, c’est vrai qu’il y a Paris 2024 qui est bien placé pour obtenir les JO

Réponse : en tous les cas ,qui a désormais de sérieux atouts

Question : Avec le tennis au cœur des jeux olympiques, c’est une transition pour ma prochaine question . Je voulais vous parler rapidement de la DTN, on ne va pas reparler des événements de Rio aux derniers jeux olympiques, sans citer de noms, mais aujourd’hui, pour un novice on voudrait connaitre les missions et devoirs exacts de la DTN . Est ce qu’ils sont à redéterminer ,réellement ?

Réponse : Non les missions de la DTN sont définies dans les textes , donc la DTN , a une vocation qui est définie par la loi, par le Code du Sport. C’est essentiellement favoriser le développement de la pratique, et produire une élite capable de représenter la France dans les compétitions internationales.

Donc il y a cette dimension  de formation .

Donc il n’y a pas lieu de la remettre en cause, il y a lieu tout simplement de lui donner un nouvel élan avec une nouvelle équipe.

Question : LA DTN a un mandat de 4 ans c’est ça?

Réponse : non la DTN n’a pas de mandat. La DTN n’est pas synchronisée au mandat olympique.

Question : quel regard vous portez sur la dernière DTN, celle qui a démissionné au mois de janvier?

Réponse : je ne porte pas de regard, j’ai tourné la page.

Question : je vous remercie pour ces éclairages.

Juste un dernier point sur la DTN vous aviez évoqué un changement de mode de nomination de la DTN pouvez nous en dire un peu plus en deux mots.

Réponse : On a déposé auprès de la directrice des sports , le profil, en tous les cas  le projet sportif que nous entendions mettre en œuvre et le profil du candidat.

Donc le Ministère va lancer un appel à candidature sur son site internet, recevoir les candidatures, recevoir les candidats, nous faire une proposition . Nous allons introduire une nouveauté ,c’est que les candidats seront reçus par une instance , en tout les cas par un groupe de personnes qu’on a appelé le PODIUM , où on retrouvera , Yannick NOAH, Amélie MAURESMO, Guy FORGET et Cédric PIOLINE. Ce podium va, après les avoir auditionnés, nous donner un avis et un classement.

Nous retiendrons les trois meilleurs issus de cette audition, et ils seront ensuite reçus et auditionnés par le Comité exécutif qui votera à bulletin secret pour le choix du DTN

Ce choix sera ensuite soumis à l’approbation finale du Ministre, c ‘est la procédure qui le décide et le Ministre le nommera.

Question : ce mode de nomination n’était pas le cas auparavant ?

Réponse : non

Question : donc il y a une volonté assez ferme de recadrer la nomination du DTN ?

Réponse : d’abord il faut que le DTN ait un projet qui s’inspire du projet fédéral. On a été élu sur un projet sportif, ça c’est la loi, c’est le Code du Sport qui le dit, ce projet sportif doit ensuite être mis en œuvre. Le DTN doit décliner nos orientations avec une organisation qui lui appartiendra de nous proposer, et deuxièmement on sort, je dirais, du système de cohabitation tel qu’on l’avait connu, presque d’une forme consanguinité. Bien sûr les gens qui seront candidats devront avoir une très bonne connaissance, c’est d’ailleurs ce qu’on leur demande, avoir une expérience dans l’accompagnement des parcours de haut niveau, dans le management des équipes. Ils pourront d’ailleurs arriver avec des candidats complémentaires, avec un staff pour avoir des propositions, en tous les cas des compétences, parce qu’on ne peut pas aujourd’hui, avoir toutes les compétences quant on est DTN .  Ensuite nous, on va vraiment les recentrer sur leur cœur de métier qui est l’accompagnement vers le haut niveau du club, jusqu’aux portes du top 100, pour qu’ensuite il y ait des parcours qui soient plus individualisés, qui soient organisés.

Question : Très bien ce qui m’amène à vous poser une question que je n’avais pas préparée. et qui me tient tout de même à cœur, c’est que j’ai quand même regardé les derniers DTN, notamment Arnaud Di PASQUALE, je me suis posé juste une question de novice : La France a eu pas mal de top Ten ces trente dernières années ,pas un seul n’a été DTN, on a toujours, c’est dur à dire, un joueur finalement de seconde zone ….

Réponse : Les meilleurs joueurs comme vous dîtes ne se présentent jamais .

Question: Le comité exécutif a dressé une liste de joueurs susceptibles d’être appelés en sélection nationale , s’ils refusent des sanctions pourraient être prises à leur encontre ?

Réponse : Dans l’article L131.15 du Code du Sport, la Fédération française de Tennis tient son pouvoir d’une délégation que lui donne l’état.

Dans cette délégation il est expressément dit que la Fédération doit sélectionner les meilleurs joueuses et joueurs pour représenter la France.

Dans nos règlements, il a toujours existé le principe que c’est une sélection qui ne se refuse pas.

Dans nos règlements, il a toujours existé le principe que toute personne qui refuse une sélection peut s’exposer à des sanctions.

Et dans nos règlements, il a toujours existé le fait que ce n’est pas le Président qui sanctionne mais la commission des litiges.

La commission fédérale des litiges, qui a été élue comme moi de façon indépendante le 18 février peut, je dis bien peut, s’emparer d’une décision dans tous les cas d’un refus de participer à une sélection.

Qui peut saisir la Commission des litiges : le Président.

Donc le système sera simple, le Capitaine nous remettra son choix, sa pré-sélection, nous informerons les candidats, le DTN pardon va nous informer de l’équipe retenue par le Capitaine, nous informerons les joueurs en leur donnant une date limite de réponse.

Si au delà de cette date, il y a des réponses négatives ou pas de réponse, nous saisirons la Commission des Litiges.

Ensuite, dans l’échelle des sanctions dont la commission des litiges dispose, cela peut aller du simple avertissement jusqu’à la radiation avec dans l’intervalle soit une amende, soit une suspension pour une durée qui peut pas excéder 5 ans.

Question : quant vous dites sur tout ou partie du territoire, vous parlez bien entendu des tournois du cycle professionnel qui sont organisés sur le territoire français ?

Réponse : absolument.

Question : cela veut dire concrètement : un cas concret, Gaël MONFILS  refuse la sélection au mois d’avril pour jouer contre la Grande Bretagne, il peut être privé de Roland Garros.

Réponse : cela veut dire que tout joueur sélectionné , qui veut refuser une sélection pour des motifs non valables peut être privé de tous les tournois.

Question : les enjeux sont énormes ?

Réponse : c’est la France

Question : et donc ces sanctions seraient prises par la commission des litiges sur saisine du Président de la FFT ?

Réponse : absolument et après le joueur peut faire appel de la décision et l’appel est porté devant la Commission de justice fédérale, qui elle, est composée d’anciens présidents de ligue et d’anciens membres du Comité de Direction.

Très bien !! On ne reviendra pas sur les éventuelles sanctions qui pourraient être prises puisque ce n’est pas encore le cas.

On verra déjà au mois d’avril.

Le but c’est surtout toutes ces démarches de bien démontrer que la Fédération a changé d’époque, que ce n’est plus aux joueurs de décider s’ils veulent jouer ou pas, et qu’à partir du moment où ils sont sélectionnés ils doivent se tenir à la disposition de la fédération.

Question : vous en avez parlé avec les joueurs déjà ?

Réponse : oui

Question et le Capitaine ?

Réponse : Oui

Question : vous avez un retour ?

Réponse : oui

Q: Alors on verra ça au mois d’avril pour la coupe Davis ?

R : ma mission, c’est d’amener les joueurs dans les vestiaires, c’est ma mission après, dans les vestiaires c’est le job du capitaine, et si le capitaine dit, moi dans les vestiaires, je veux tel joueur, mon rôle à moi c’est de faire en sorte (notre rôle à nous en tant que dirigeants) c’est de faire en sorte que le joueur soit dans les vestiaires. Après la porte des vestiaires est fermée et tout ce qui se dit dans les vestiaires, reste dans les vestiaires. C’est une règle d’or.

: pas de commentaires, on verra sachant quand même les contraintes et difficultés du circuit professionnel.

R: écoutez , si on prend ce fauteuil uniquement pour être dans la facilité, il ne faut pas le prendre, voilà.

Q : très bien.

Seconde Partie ; Les joueurs et la FFT, Roland Garros, Bercy, Quels Projets ?

Question: Concernant les joueurs, vous avez dit dans la presse avant votre élection, que les 100 premiers joueurs mondiaux n’avaient pas besoin de la FFT. Probablement, par contre les joueurs au-delà de la 100ème place, qu’en est il ? ont-ils besoins de la FFT ?

Réponse : bien sûr, je dirai que nous avons un outil plate forme de préparation qui est notre centre national d’entraînement, tout nouveau qui porte bien son nom et effectivement les joueurs et le top 100 peut y accéder aussi, mais tout va dépendre bien entendu de l’âge des jeunes et notre rôle à nous et le rôle de la DTN sera de les amener de non classés, je dirais, jusqu’à 700, 600 et ensuite deuxième étape de 700, 600 à 300, puis de 300 à 100 et après ils volent de leurs propres ailes.

Question : D’accord, mais justement ce sont ces trois étapes que j’avais retenues , qui rentrent dans les cycles, quel est le concret que vous leur apportez en fonction de ces  tranches, puisque vous avez évoqué le fait que les joueurs placés au-delà de la 100ème place ATP devraient reverser une partie de leurs gains à leur club formateur? 

Réponse : les clubs où seront entraînés les jeunes, ce que nous allons faire, dès cette année, c’est que nous allons contractualiser de façon plus précise les relations entre la Fédération et les joueurs.

Tous ceux qui sont entraînés par la Fédération dans les Pôles, vont signer un contrat dans lequel ils s’engagent à jouer pour les équipes de France pendant toute leur carrière.

Ensuite, bien ensuite, ce contrat, s’ils sont mineurs sera signé par leurs parents.

A partir du moment où le joueur arrive à l’âge adulte, à 18 ans, il signe un nouveau contrat dont l’objectif sera de l’amener dans les 100 meilleurs mondiaux et là c’est la Fédération qui prend tout en charge, elle paye l’entraîneur, les déplacements, les frais de transport et en contrepartie, sur les gains que le joueur va percevoir, une part sera reversée au club formateur jusqu’à la 100ème place mondiale.

Q : ce qui n’est pas le cas actuellement ?

Réponse : non

Question : Donc, la FFT va prendre en charge les frais de déplacement, de bouche, d’entraînement du joueur pour le mettre dans les meilleurs conditions de jeu.  Mais vous allez le faire à partir de quel classement?

Réponse : tout va se faire à partir du moment où le jeune à 18 ans, il fait partie des meilleurs jeunes européens et bien entendu il sera sélectionné en fonction de ses qualités, physiques, techniques et de ses capacités d’engagement dans un parcours vers le haut niveau.

Question: d’accord,  ça veut dire que sous votre direction, un joueur qui serait classé aujourd’hui  ( je prends un exemple très concret d’un joueur que je connais personnellement, Samuel BENSOUSSAN qui est 740ème à l’ATP) il ne pense pas continuer l’année prochaine, il a 25 ans, il ne sera pas aidé par la Fédération ?

Réponse : non il ne sera pas aidé, si il est 740, bon en tous les cas moi je ne le vois faire partie des joueurs qui a obtenu des points sur les tournois français dans les 12 mois qui précèdent.

Question : non il a été blessé l’année dernière et puis je le connais moi, il a gagné un futur en Italie et un futur en double.

Réponse : il faut surtout qu’il gagne des futurs en France si j’ai un conseil à lui donner c’est de revenir jouer dans son pays puisque c’est là que ça va se décider. Si demain il veut gagner des points et surtout s’il veut rentrer dans le tableau de Roland, il vaut mieux jouer en France.

Question : votre préoccupation à vous, c’est aujourd’hui de vous occuper des jeunes qui arrivent et de leur faire signer un contrat en tant que mineur, sans problème avec leurs parents, et pour les majeurs, leur faire signer un vrai contrat avec la Fédération qui les mettra à l’aise pour pouvoir se consacrer qu’au tennis ?

Réponse oui, et pouvoir se consacrer au tennis et puis avoir une véritable ambition, c’est des contraintes, c’est un engagement, il faudra avoir des objectifs, se conformer aux prescriptions des entraineurs, aux prescriptions des préparateurs physiques, aux prescriptions des médecins, donc c’est un projet, ils s’engagent à aller vers le haut niveau, avec 200 % pour y parvenir.

Il y a des objectifs et des échéances.

Question : j’ai regardé le Prize money de certains joueurs, j’en ai pris deux au hasards : et notamment  Quentin HALYS, celui qui se débrouille le mieux actuellement au moins au niveau du classement ATP.

Il doit la plus grosse partie de ses gains à une wild card  que la fédération française possède pour l’Australian Open, c’est 90 % de ses gains, si l’on retire cette wild card il ne participe pas à l’Australian Open , il ne prend pas ses 50.000 dollars et cela lui fait depuis le début de l’année pour le 148ème mondial : l’équivalent de 14.000 € sur deux mois et demi.

Est-ce que vous pensez qu’un joueur qui a des volontés qui est classé dans les 150 peut évoluer avec si peu de gains ?

Réponse : d’accord, c’est ce qu’il encaisse, mais il décaisse quoi ?

 Aujourd’hui Quentin HALYS décaisse quoi, il ne paie pas ses billets d’avion, il est aidé par la fédération.

Question : la Fédération prend en charge les billets d’avions, l’hôtel, les frais annexes.

Réponse : la fédération prend en charge ses frais de déplacement, ses frais de résidence sur les tournois.

Question, donc actuellement ce système vous l’appliquez jusqu’à quel classement ?

Réponse : aujourd’hui ce n’est pas défini précisément, ce que je veux dire c’est que tout est fonction, enfin on peut dire 100 et au-delà, le joueur il vole de ses propres ailes, il n’a plus besoin de nous, de 300 à 100, si je prends des joueurs qui sont aujourd’hui des jeunes joueurs, jusqu’à 23, 24, 25 ans peut être mais pas au-delà, après on va consacrer nos moyens à ceux qui arrivent derrière.

La sélection sportive va jouer, on va ne pas pouvoir accompagner un joueur qui va rester entre 20 et 30 ans entre la 100ème et la 300 ème place mondiale.

Après, il faut quand même aussi, qu’il y ait des performances, on est quant même dans une logique de performances.

Question: d’accord, parce que quand on voit d’autres pays, qui ne sont pas forcément mieux organisés que la France, je prendrai l’Australie et l’Allemagne et des joueurs comme ZVEREV ou KYRGIOS qui sont très jeunes et qui réalisent de vraies performances: pourquoi la France n’ y arrive t- elle  pas avec ce vivier ?

Réponse : parce que les systèmes actuels ne sont pas des systèmes qui favorisent l’exception.

Notre système actuel celui que l’on veut changer est un système qui normalise, c’est un système qui standardise les parcours vers le haut niveau. Ce que nous allons changer c’est , que lorsqu’un enfant qui à 9 ans, 10 ans, présente des capacités, une habileté, une main comme ont dit, un état d’esprit, autour de lui une famille qui fait du tennis un véritable projet familial, et bien il y aura deux guides c’est comme cela qu’ils vont s’appeler: il y aura un guide masculin, un guide féminin.

Le guide féminin je vous donne le nom c’est Sandrine TESTUD, qui ira dans la famille, chez eux, discuter avec les parents du projet familial, définir leurs engagements, l’engagement du club, l’engagement du coach, l’engagement de la fédération et planifier la saison sportive en lien avec les médecins et avec la direction technique nationale . C’est comme cela qu’on va réussir, car si l’on a des enfants qui sont performants, dès le plus jeune âge, il faut les mettre dans un parcours exceptionnel et donc sortir de la norme qui veut qu’on va progresser puis aller d’un entraineur à un autre.

Donc on va cultiver le capital confiance qui est dans le club et comme ZVEREV a évolué avec ses parents, comme Kyrgios a évolué avec son entraîneur, et bien dès le plus jeune âge , nous allons fonctionner comme cela . Si l’enfant et si les conditions de son environnement ne sont pas propices à son épanouissement nous conviendrons avec la famille d’une meilleure organisation avec, à chaque fois et toujours cet objectif de performance, la gagne ça commence dans le club.

Q: c’est un dur travail ?

Réponse : non ce n’est pas un dur travail, ce sont des enjeux, de toutes façons relisez ce que dit FEDERER dans une interview qu’il a donné l’Equipe à Sophie DORGANT : le 1er mot c’est travail.

On ne peut pas réussir si l’on ne travaille pas.

Question : même pour le plus doué ?

Réponse mais bien sur c’est Blaise Pascal qui disait que le talent sans le travail est une sale manie. Voilà.

Q: surtout dans le tennis professionnel actuel.

Question:  J’avais aussi un autre joueur assez emblématique de la chose qui est à peu près 250ème c’est Jonathan Eysseric, qui lui fait l’essentiel de ses gains en double.

En fait le circuit est tellement cruel, c’est un joueur qui est aidé aujourd’hui par la fédération

R: Non mais Jonathan il fait partie des joueurs qui grâce à notre système de wild card peut se retrouver au tableau pour le prochain Roland Garros direct, par les résultats qu’il a obtenus.

Question : c’est une info çà ?

Réponse : oui c’est une info

Question : que je peux citer ?

Réponse : oui.

Question : donc il faudra faire des choix ?

Réponse : quels choix ? Non les choix ce sera le terrain

Question : quand vous dite Wild Card tableau ou qualif ?

Réponse : non il sera au Wild Card tableau, si ses résultats se confirment.

Question : . La fédération accorde combien de Wild Card aux français ?

Réponse : Il y a 6 Wild Card aux Français, et 1 Wild Card aux Etats Unis et 1 Wild Card à l’Australie , en fonction de nos accords avec ces fédérations.

Question : vous pouvez éventuellement supprimer une Wild Card française pour la donner à un autre joueur qui ne serait pas français?

Réponse oui, mais on ne vas pas faire cela quand même , notre grand Chelem se déroule en France on va quand même privilégier nos français. On peut pas d’un côté dire qu’on est pour la culture de la gagne et de l’autre défavoriser nos jeunes, non on va permettre à nos jeunes, on est organisateur du tournoi. C’est la tradition. on donne une Wild card à l’Australian Open puisque c’est une fédération, on donne une Wild Card à l’US Open, puisque c’est la fédération américaine, c’est la tradition de la réciprocité, et les autres sont accordées aux français, mais elles ne seront plus accordées sur des notions subjectives, elles ne seront plus cooptées elles s’obtiendront sur la base d’un classement qui va être publié le moment venu et donc de façon automatique. Les meilleurs français à ce classement se retrouveront au tableau et les suivants se retrouveront en qualification et pareil pour les juniors.

Question : très bien, donc dans cette culture de la gagne, vous avez dit clairement que vous n’allez pas attendre 77 ans pour soulever des trophées.

Il y a un certain nombre de joueurs du Top 20 français qui ont tous dépassé la trentaine, donc on peut dire clairement que les rêves du président de la Fédération française ne se portent pas sur eux?

Réponse : Pourquoi, FEDERER il ne peut pas soulever un trophée !!!!

Question : est ce que vous avez espoir avec ces mesures que vous mettez en place, d’arriver rapidement à des résultats?

Réponse : je déteste le mot « espoir » parce que le mot espoir c’est une forme intellectuelle qui nous permet de nous exonérer du travail.

Nous allons tout faire, nous allons tenter, nous allons soutenir pour dire aux joueurs qui sont dans le Top 20 : qu’est ce qu’il vous faut pour préparer Roland Garros?  Dites moi ce qu’il vous faut, et nous ferons en sorte de leur apporter l’aide dont ils ont besoin.

Si un joueur du Top me dit « moi Président j’ai besoin de sparing, je demanderai à la direction nationale de dépêcher des juniors français chez lui, s’entraîner avec lui, pendant le temps que son entraîneur le demandera et ces jeunes français auront cet énorme privilège de travailler et de contribuer à la préparation.

Question : mais ce n’est pas déjà le cas actuellement:  il y a de très bons joueurs français, classés promo qui viennent taper avec les meilleurs français ou même avec d’autres joueurs avec les suisses ou les espagnols?

Réponse : qui viennent taper où ?

Question : dans leur structure, je ne sais pas, dans leur structure d’entrainement ?

Réponse : c’est pas systématique

Moi je vous dis les juniors français devront aller s’entrainer , pourquoi pas avec TSONGA ou avec Lucas POUILLE

Question : ce qui n’est pas le cas actuellement?

Réponse : non

Question : donc il faudra gérer les contraintes du calendrier pro et du circuit pour faire en sorte que ces juniors puissent venir taper la balle régulièrement avec les meilleurs ?

Réponse : oui en tous les cas puissent contribuer à leur préparation mais en même temps, cela permettra peut être à certains d’entre eux de se retrouver dans ce contexte.

Question : concernant les nouveaux enjeux des grands Chelems Roland?

Aujourd’hui clairement Roland Garros et Bercy en master 1000 sont à la traîne comment vous voyez ces nouveaux enjeux de concurrence venus des tournois étranger comme en Chine Pékin Shanghai, Dubaï, qui ont des moyens colossaux ?

Réponse : oui, ils ont des moyens colossaux mais soyons sérieux,  des tribunes vides ? et moi quand j’entends dire que Roland Garros est à la traîne, je ne peux laisser dire cela, Roland Garros n’est pas à la traîne, on mesure un grand Chelem à quoi ?

 D’abord un grand Chelem, c’est 15 jours de compétition, 128 joueurs chez les garçons, 128 joueurs chez les filles et au bout d’une semaine il n’en reste plus que la moitié, et un grand Chelem ça se mesure à son audience, au nombre de spectateurs qui assistent.

Nous on a tous les cours qui sont pleins du 1er dimanche jusqu’au 3ème dimanche.

On a tous les meilleurs joueurs du monde qui viennent et on a toutes les meilleures joueuses du monde qui veulent y venir.

Donc voilà.

Question : donc la concurrence pour vous là elle n ‘est pas là

Réponse : on n’a pas de concurrence, on a pas de rivaux on n’est pas de concurrents à notre grand Chelem.  Je l’ai toujours dit, je le répète, un grand Chelem c’est un statut et pas une stature on ne va pas être déboulonné. En revanche, il y a 14 éléments qu’il faut pour organiser un tournoi du grande Chelem , ces 14 points c’est qu’on ait tous, tous les services, tous les directeurs, tous les salariés, tous les élus mobilisés sur un point : l’excellence.

Question : vous dites que les tribunes sont vides moi quand je regarde Indian WELLS, propriété de Larry Ellison qui a des moyens colossaux,c ‘est plein du début à la fin.

Réponse : c’est très bien qu’on ait des investisseurs dans le tennis. Je vais à Indian WELLS, j’ai une réunion, et je suis très heureux de rencontrer Larry Ellison, c’est le patron d’Oracle, c’est quant même aujourd’hui une des fortunes de la planète et bien si les gens fortunés de la planète investissent dans le tennis c’est bien.

Question : est ce que vous ne voyez pas Larry Ellison comme une menace ?

Réponse : Mais Larry Ellison est aujourd’hui , un investisseur, un passionné et c’est quelqu’un que je respecte. Il est déjà venu à Roland Garros, il a un profond respect pour les tournois du Grand Chelem. Donc en tous les cas je ne vois pas d’inquiétude.

Question : et concernant Bercy, il ne serait pas menacé par d’autres tournois, notamment par Pékin qui est actuellement un 500 et qui pourrait être reconverti en 1000 à la place de BERCY ?

Réponse : BERCY est un des plus beaux tournois du monde dans une ville exceptionnelle avec une ARENA qui a été rénovée et qui est magnifique ,  un public qui est tout aussi magnifique et je dirai que les meilleurs atouts du master 1000 de Paris c’est son palmarès. Là aussi nous allons travailler et nous travaillons actuellement d’arrache-pied pour donner à ce tournoi toute la résonance qu’il mérite. En tous les cas je ne me laisse pas affecter par ces légendes qui tournent en boucle, cette espèce de culture du but contre son camp qu’il y a dans notre pays, moi je marque des buts dans les camps adverses pas contre mon camp.

Question : d’accord très bien et le fait qu’il soit classé en dernière position, vous pensez que c’est une question de calendrier adéquate?

Réponse : le fait que BERCY soit placé en dernière position, c’est un élément qui est lié à l’histoire. Certains viennent y chercher des points pour se qualifier pour le master, d’autres sont peut être moins motivés parce qu’ils ont d’ores et déjà acquis leurs points après ça reste des joueurs professionnels. Il y a quand même un prize money qui est important sur le master de BERCY et ça reste des joueurs professionnels qui viennent ici chercher les gains des tournois auxquels ils participent.

Question :En en 2019 les calendriers seront reconsidérés par l’ATP , Bercy est il directement menacé ?

Réponse : mais non il ne peut pas être sous la menace. Aujourd’hui on est propriétaire d’une date et on est acteur du circuit et puis après je ne pense pas aujourd’hui qu’on ait quoique ce soit à craindre de ce côté-là.

Question :  dans le contexte d’augmentation croissante des prize money, avec notamment plus  50 millions  de dollars annoncés  pour l ‘US Open, ne pensez vous pas que Roland Garros pourrait innover  en proposant de très grosses augmentations pour les 1er tours, 2ème et 3ème tours au détriment du vainqueur de la finale et de la demie finale qui gagnent déjà suffisamment ? Cela pourrait il créer une vraie émulation au lieu de se focaliser sur le toit?

Réponse : écoutez ,le vainqueur de Grand Chelem mérite le Prize money d’un vainqueur de grand Chelem.

Un tournoi de tennis ça n’est pas une organisation sociale, c’est une organisation sportive ,donc il est normal que le joueur qui rentre dans la légende soit récompensé à hauteur de son exploit.

En revanche l’innovation doit être placée ailleurs et nous allons innover. La Fédération française va innover, c’était dans notre projet sportif, cette année nous allons donner un Prize money aux nations en fonction des résultats qu’obtiennent leurs meilleurs juniors.

Ça veut dire que si demain ,Stefano Tsitsipas,(numéro un mondial junior; ndlr) , s’il est qualifié en tant que junior, je ne sais pas s’il est toujours junior, je ne vais pas citer de nom, mais si le meilleur junior d’une nation quelle qu’elle soit, gagne Roland Garros, son pays va gagner un prix et ce prix va permettre à sa fédération de lui financer pour l’année suivante les moyens de revenir chez les adultes.

Donc nous allons accorder un million d’euros aux nations à répartir en fonction des résultats que vont obtenir leurs juniors à partir de 2017.

Question : ce qui suppose que l’augmentation des Prize money pour les premiers tours n est pas d’actualité ?

Réponse : la Fédération française de tennis est à l’origine de la réduction de l’écart entre le vainqueur et les 1er tours, on doit continuer dans cette logique là mais pas au détriment des meilleurs qui doivent, c’est logique, bénéficier de la juste reconnaissance de l’exploit qu’ils réalisent.

Question : rapidement, est ce que vous allez accorder une Wild  Card à Maria Sharapova , qui en a déjà obtenu à Rome et à Madrid il me semble ?

Réponse : Je dois rencontrer Maria la semaine prochaine (Semaine après le 6 mars) , j’aurai une discussion avec elle. Aujourd’hui je dis simplement qu’il faut que l’on soit cohérent, pas d’un côté investir tout ce qu’on investi dans la lutte contre le dopage et comme ça prendre une décision, c’est une décision qui doit être mûrement réfléchie, aujourd’hui la décision n’est pas prise.

Question : vous avez des projets supplémentaires à apporter contre la lutte contre le dopage ?

Réponse : surtout on soutient la lutte contre le dopage, c’est une affaire de spécialistes, c’est une affaire de scientifiques , de chimistes, et donc dans le cadre de l’action que nous menons avec les instances de l’ ATP, WTA et ITF , aujourd’hui nous investissons des sommes considérables dans la lutte contre le dopage pour l’intégrité de notre sport.

Question : Allez vous remodeler l ‘offre de restauration a Roland Garros, une offre peu en adéquation avec le prestige de la gastronomie française?

Réponse : écoutez cette question là va faire l’objet des États Généraux voilà et on va remettre en cause ce qui doit être remis en cause.

Question : et l’accès aux cours annexes ?

Réponse : l’accès aux cours annexes c’est fonction aussi de l’affluence dans les stades. On sait aujourd’hui que sur les cours annexes se jouent des matchs qui sont souvent des finales d’ATP 250, donc c’est logique qu’il y ait une telle affluence. C’est un sujet pour l’instant,  on a des gens qui arrivent et qui plantent un peu la tente et qui ne bougent pas, en fonction de la programmation, ce qui va être bien c’est que dans le cadre du future Roland Garros notamment sur les courts ( futurs ), 6, 7, 8 et 9 ce seront de véritables Showcourts, voilà avec pratiquement 1400 places ou 1500 places chacun ,surtout avec une architecture qui permettrait une meilleure circulation du public.

Question : donc pour les cours annexes on reste comme ça,  j’ai assisté à des bagarres sur les cours annexes, je n’ avais jamais vu ça, je viens à Roland Garros depuis les années 80 , je vois des gens qui sont chargés de la sécurité de plus en plus agressifs ce qui n’était pas avant.

Réponse :  ça je vais y veiller personnellement,

Question: pour finir, quelle pointe d ‘originalité comptez vous apporter au stade de Roland Garros?

Réponse, Le stade de Roland Garros va bientôt ouvrir ses portes aux enfants, toute l ‘année.

Les enfants du 16 ème arrondissement des écoles, des écoles de tennis pourront pratiquer leur sport favori dans cette prestigieuse enceinte: Roland Garros devient un lieu de partage.

Merci pour vos réponses M. Giudicelli